publié par Brand Wagenaar le 5 septembre, 2015

Transport des plantes par rail, un nouveau challenge !

Nouveau conteneur de transport de plantes

Nouveau conteneur de transport de plantes

Un conteneur équipé d’un nouveau type de groupe moteur électro-diesel chargé de plantes à température contrôlée, a été expédié en juillet de Hollande par train sur une ligne commerciale vers Stockholm en Suède. 

C’est la suite et la transformation de l’essai du trajet pilote qui avait été réalisé avec GreenCHAINge au premier semestre vers Helsingborg.

Le succès de cette expérience va changer l’approche logistique du transport des plantes.

Lire la suite »

publié par Brand Wagenaar le 21 septembre, 2012

FloraHolland investit dans une marques pour la vente de fleurs et plantes

Le marché coopératif FloraHolland investit dans le commerce de détail par internet en prenant une part minoritaire dans une société de vente en ligne de fleurs et plantes : Fréderique’s Choice Europe BV.

 

Frederique’s Choice, qui a été crée par la Top modèle Frederique van der Wal, est l’une des premières marques de fleurs et plantes pour consommateurs. L’entreprise pratique principalement la vente en ligne sur un positionnement élevé. La Sté Van der Wal vends des bouquets faits à la main et reconnaissable par un style personnalisé. Frederique van der Wal compose elle-même avec des spécialistes du secteur ses collections de bouquets, combinaisons plantes/pots, vases en verre et produits lifestyle.

http://nl.frederiqueschoice.com/

 

photo twitter : Frédérique’s Choice sur Salons Spoga+Gafa

 

Pour expliquer ce choix, les décideurs du marché affirment croire à la possibilité de créer des marques pour favoriser la vente de fleurs et plante qui passeront à l’avenir par un canal de ventes virtuelles vers les consommateurs via des boutiques en ligne. Ils pensent par cette acquisition observer cette évolution et engranger de l’expérience dans ce domaine pour les ventes en Hollande et même en Europe. Le but avoué étant de reprendre de la marge et améliorer la rentabilité, tant pour le commerce de détail virtuel que pour les producteurs qui participent à cette expérience. Le marché coopératif précise que l’entreprise Fréderique’s Choice n’est pas un exportateur grossiste mais une sté de marketing de fleurs et plantes.

lire la suite :

Les Grossistes Hollandais inquiets

Le système remis en question ?

Positionnement des acheteurs en France

Lire la suite »

publié par Brand Wagenaar le 21 avril, 2012

Comment utiliser la couleur pour vendre plus !

Plusieurs opérations marketing de l’entreprise Metrolina Greenhouses de Huntersville, NC 28078 aux Etats unis ont été de véritables succès sur les points de vente au détail.

Par exemple : les programmes « couleurs de » qui aident à simplifier les assortiments dans plusieurs type de plante tout en les mettant en avant. Ces actions ont porté sur les Couleurs de Coléus en pots chartreuse, Couleurs de Caladiums en pots magenta ou encore des piments dans des pots pourpres. La démarche s’est appliquée également à des sélections spécifiques d’heuchères et de pétunias.

« Pour les coléus par exemple nous avons drastiquement réduit l’assortiment en passant de 38 à 7 variétés, que nous avons associé aux couleurs de l’arc en ciel, et de fait nous avons triplé les ventes» déclare l’un des directeurs Abe Van Wingerden. « Chaque plante porte un rappel des 6 autres couleurs, ce qui simplifie le choix des consommateurs et incite à d’autres achats. Plus on complique le choix plus on le rends confus et incertain »

 

Une autre idée assez « cool » … ou devrais-je dire « Hot » ?       

L’entreprise cultive quatre différentes variétés de piments rempotés en quatre couleurs pot / treillis. L’argument du programme est « La couleur du pot vous indique le goût du piment . » Les variétés vont de « médium » (pot vert) à «nucléaire» (pot rouge vif), en passant par les couleurs orange et pourpre.

http://www.metrolinagreenhouses.com/company.aspx

Source : http://www.ballpublishing.com/growertalks/CurrentNewsletter.aspx

Le rêve américain concrétisé par un hollandais en 40 ans :

 

 

publié par Brand Wagenaar le 21 octobre, 2011

Horticulture ornementale, Lettre prospective 3ème trimestre 2011

Tendances économie

Dans l’ensemble et à quelques exceptions près, les économistes ont été unanimes à se tromper. Au début de l’année 2011, selon eux, la reprise était certaine. Expliquant l’actualité économique à postériori leurs prévisions qui sont maintenant très pessimistes au troisième trimestre, ne sont donc pas non plus une certitude. Cependant, dans la réalité de tous les jours, les  producteurs et distributeurs sont confrontés, à un tassement de la consommation, une restriction de l’accès au crédit, et au pessimisme ambiant peu favorable au dynamisme commercial.

Tendance consommation

Au deuxième trimestre, c’est la crainte de manque d’eau propagée par les médias qui a pénalisé les achats de végétaux. Au troisième trimestre, c’est l’explosion des craintes économique qui est responsable des réticences à l’achat. La démultiplication des usages d’internet et des mobiles qui est en croissance exponentielle, influence la majorité des intentions d’achat. Ces nouveaux médias doivent être investis d’urgence conjointement par les producteurs et distributeurs pour assurer la promotion du végétal vivrier et végétal d’ornement, indispensable à l’éco amélioration de nos zones d’habitation.

Tendance distribution

Le système actuel de relations commerciales entre production, logistique et distribution a atteint ses limites. De nouvelles solutions restent à inventer pour progresser et éviter la fin probable de beaucoup d’entreprises. Ces solutions passent, sans aucuns doutes, par une concertation constructive entre les 3 maillons de la filière qui resteront inter dépendants, production, logistique, distribution.

Tendance production

Le secteur de la production horticole ornementale est en crise dans toute l’Europe. Ce ne sont pas seulement les assortiments produits qui vont changer, mais aussi le fondement même du métier de producteur horticole, qui deviendra progressivement un producteur de matières vivantes non obligatoirement destinées à l’ornement ou à l’alimentation.

Lettre de veille disponible sur abonnement au BHR pour les Pays de Loire 

Chez Médioflor – medioflor@wanadoo.fr pour les autres régions et l’étranger.

publié par Brand Wagenaar le 31 mars, 2011

L’achat à distance digitalisé amplifie le mouvement de concentration des acteurs

Progression de l'informatisation des achats de fleurs et plantes

Le marché propose des accès privés pour l’installation de KOA (Achat à distance) chez les principaux clients des marchés coopératif Hollandais de Fleurs et Plantes.

Lire la suite »

publié par Brand Wagenaar le 13 mars, 2011

FloraHolland Trade Fair printemps 2011

Présentation printanière à FloraHolland Trade Fair (voir video)

FloraHolland présente juste avant la saison de printemps le salon « FloraHolland Trade Fair », bourse de transactions et de contact qui s’est tenu cette année du 9 au 11 mars à Naaldwijk dans le Westland.  L’édition printanière de cette manifestation internationale est largement visitée par tous les exportateurs négociants, les responsables d’achat d’enseignes, les détaillants indépendants, les acheteurs des grossistes et cash & carry, les producteurs commerçants.

L’offre, proposée par plus de 500 producteurs, et la demande se rencontre pendant trois jours durant sur une surface de 13 000 m2 bien agencée par segment de marché. Les professionnels qui font le déplacement peuvent en une seule fois faire l’inventaire des disponibilités en fleurs coupées, plantes d’intérieur et d’extérieur, introductions innovantes et concepts marketing actualisés. Les transactions pour livraison immédiate ou à terme, avec ou sans plus value, se font entre les acheteurs, les intermédiaires (différents services de FloraHolland, ou grossistes exportateurs) et les producteurs.

Les évolutions des acteurs, les nouveautés, les tendances, lire la suite Lire la suite »

publié par Brand Wagenaar le 6 mars, 2011

Différenciation oui, mais pour quelle différence ?

Quelle est la différenciation la plus performante ?

Tous les acteurs de la distribution travaillent sur les mêmes axes de progression :

La diversification, et en particulier le virage du green business tant pour l’assortiment végétal que pour l’étendue des gammes complémentaires.

Le déploiement multi canal ou « transversal », avec la mise en place de sites marchands pour mettre en valeur leur offre en ligne.

La différenciation avec l’accent mis sur une politique identitaire forte. L’émergence de nouveaux concepts stores et le lancement de nouvelles professions de foi pour capter l’attention des réseaux et communautés en constitution autour du jardin.

Ces axes de progression sont travaillés actuellement (plus ou moins bien) par toutes les enseignes car ils font appel à la technique. Cependant ce n’est pas suffisant, comme l’indique l’Observatoire Cetelem 2011  » Consommateur-vendeur, un couple au bord de la rupture ». (lien disponible en fin d’article)

Or il existe trois autres axes beaucoup plus performants mais moins souvent abordés à cause des changements de comportements qu’ils impliquent dans les rapports humains au sein des entreprises. Et pourtant ! Ces changements correspondent exactement aux attentes non exprimées par les clients :

Lire la suite »

publié par Brand Wagenaar le 22 février, 2011

Salon du Végétal 2011- Changeons le métier !

Les consultants du réseau de veille et prospective horticole Hortea ont croisé leurs réflexions pour identifier les courants qui vont influencer et orienter la consommation de végétaux. Ils vous proposent des pistes à utiliser dans les réflexions et les stratégies d’entreprises.

publié par Brand Wagenaar le 8 octobre, 2010

« Plants potagers : comment tuer une rentabilité assurée »

Plants de haricots bio

Le démarrage des engagements des acheteurs pour les plants de légumes se fait avec des prix à la baisse. Pourquoi cette mauvaise tendance sur un secteur porteur ?

L’époque est très favorable au retour des potagers pour la production de légumes de proximité, dans les jardins, sur les terrasses et même sur les balcons des consommateurs.

La demande en plants potagers à cultiver sous diverses formes, en pots en bacs ou en jardinière, s’avère prometteuse. Les jardiniers experts, peuvent montrer leur savoir-faire avec la gamme élargie proposée actuellement. Les aspirants jardiniers et jardiniers néophytes commencent à oser cultiver, renouant ainsi avec un attrait grandissant pour le végétal d’ornement en général. L’innovation et le marketing, mettent à leur disposition des produits et des solutions, tous les amateurs peuvent aménager facilement une partie de leur espace végétalisable en production vivrière.

De plus, ces néo jardiniers ont la satisfaction de participer ainsi au développement durable, ils deviennent éco responsable, et ils ont la satisfaction de goûter et partager entre amis ou en famille, leur propre production. Cette tendance est si forte que le prix n’est pas, et de loin, leur première préoccupation. Il n’y a donc aucune raison pour dévaloriser le produit. Au contraire il faut tenir les prix assurant au producteur la marge lui permettant d’assurer une bonne qualité de plan et une bonne dynamique d’innovation.

Est il possible de renverser cette mauvaise tendance ?

Ce marché montre ces trois dernières années une progression, assurant aux producteurs et aux distributeurs un chiffre d’affaires en croissance avec une marge suffisante. De plus, les clients sont en général satisfaits, ce qui n’est pas courant dans le paysage actuel.

Il est donc possible d’envisager une rentabilité pérenne, au moins sur ce segment de marché. Mais c’est sans compter avec les mauvaises habitudes des acteurs en présence. La tyrannie du « toujours plus » enclenche le cycle infernal : conquête de parts de marché, dumping, promotion, remise, et sous enchères de la part de certains producteurs. Les distributeurs démultiplient ce mouvement, et déjà la concurrence sur les prix fait rage en avant saison. « Peu de producteurs connaissent tous les coûts entrant dans le calcul du prix de revient, coûts de production, coûts de commercialisation, coûts logistiques et administratif. Ils font des propositions en centrale d’achat sans la maîtrise de ces calculs », déclare un horticulteur des Pays de Loire.

Peut elle avoir des conséquences négatives sur le marché ?

La tendance risque en effet d’être préjudiciable car pour prendre et garder des positions, des opérateurs ont tendance à s’étendre en amont et en aval des périodes saisonnières raisonnables qui permettent un bon résultat chez les clients. Avec les offres primeurs et tardives, le risque d’insatisfaction devient plus important ce qui peut avoir des conséquences sur l’ensemble de ces gammes de produits.

On va donc tuer une rentabilité en devenir, avant même d’avoir pu profiter pleinement de ce marché bien porteur. Tous les acteurs se connaissent, tout le monde sait qu’une rentabilité est nécessaire et que le respect des époques de vente selon les catégories de produit est essentiel pour la satisfaction du client.

La filière dans son ensemble saura t’elle préserver un marché prometteur ? Ou allons nous assister à l’habituel manège où chacun joue son rôle au détriment de tous.

Brand Wagenaar